[Garde-robe capsule 2017] Chemise moineau terminée

chemise moineau aime comme marie cousue par Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour à toutes et tous ! Je suis archi dans les temps (et même en avance !) pour vous parler de mon premier projet terminé de la garde robe capsule 2017 (infos ici) : la chemise moineau de la marque Aime comme Marie.

chemise moineau terminée
Je me suis rappelée l’existence de mon mannequin. Pour vous montrer les vêtements finis, c’est quand même plus pratique que sur un cintre…
dos de la chemise moineau
Le dos

Le patron

C’était ma première expérience des patrons Aime comme Marie et je suis vraiment très satisfaite de la coupe du vêtement. Le patron est vraiment bien fait et plutôt facile à coudre. Comme souvent j’ai trouvé parfois les explications du livret peu claires, mais comme cette chemise ne présente pas de difficulté majeure, je n’ai eu aucun mal à la coudre.

Il y a peu de repères sur les pièces pour aider au montage (ou en tout cas je ne les ai pas vus), mais ce n’est pas très grave si l’on est soigneux au moment de la découpe des pièces dans le tissu et de l’ajout des marges de couture. L’assemblage se fait ensuite sans problème.

col claudine chemise moineau Aime comme Marie
Le col (coupé dans le biais et non dans le droit fil pour jouer sur les motifs mais du coup de face on croirait que ça a été parfaitement aligné exprès…)

Il y a une chose qui m’a un peu étonnée c’est qu’à la fin du livret (je n’y ai fait attention qu’après avoir fini ma chemise) il est indiqué d’ajouter 1 cm de marge de couture au patron papier au moment de la découpe et ensuite de coudre en mettant le bord du tissu au ras du pied de biche de la machine. Ce n’est pas ce que j’ai fait parce que j’ai l’habitude de laisser plus de marge (plutôt 1,5 cm) et du coup de ne jamais me servir du pied de biche comme guide, mais je me demande si par endroits je n’ai pas laissé une marge trop importante ce qui s’en ressent sur la taille du patron.

J’ai coupé une taille M, qui m’a l’air de globalement correspondre à ma propre taille, mais les manches me paraissent un poil serrées. Je ne sais pas si c’est dû à la coupe de la chemise ou si c’est une erreur de ma part au niveau des marges. En tout cas rien de méchant qui n’empêchera pas le port de cette chemise. Mais il faut quand même noter que je la trouve plus confortable manches longues que manches relevées. Faites attention à cela en tout cas si, comme ma mère, vous trouvez que les manches sont souvent trop étroites pour vous.

dos col chemise moineau
Le dos du col n’est pas parfaitement réussi.

La réalisation

Le patron est vraiment très facile à réaliser. Le col ne présente pas de difficulté majeure même si c’est toujours un peu chiant à monter et les explications sont intelligentes et facilitent vraiment la pose.

Les manches ne présentent pas de difficulté non plus puisqu’elles sont montées comme pour un habit de poupée : c’est-à-dire la manche et le côté ouverts. Ils sont fermés ensuite ensemble après avoir cousu l’emmanchure. C’est très facile du coup et même si c’était assez inhabituel pour moi, j’ai bien aimé.

chemise moineau par Mode d'Hier et d'Aujourd'hui
Surpiqûre sur les coutures d’épaule pour rentrer les surplus et faire quelque chose de propre à l’intérieur. Notez que je n’ai fait aucun effort pour raccorder les rayures (en fait j’ai complètement oublié en coupant), mais ça tombe juste à peu près partout, coup de bol.

La difficulté principale c’est la pose des pattes sur la fente de la manche, mais comme le patron est vraiment bien foutu et les explications avec schéma assez claires pour le coup, je me suis appliquée et je suis très contente du résultat. D’ailleurs je trouve que c’est la plus belle fente de manche que j’ai pu tester et je pense que je vais la réutiliser sur d’autres patrons (par exemple les manches de ma future robe Lena en jean parce que je n’aime pas beaucoup la technique de fente indéchirable que j’ai vu jusqu’ici sur les patrons Wear Lemonade).

patte de fente de manche chemise moineau aime comme marie
Je suis particulièrement fière de cette patte, même si la pose du bracelet de manche n’est pas parfaite.
manche chemise moineau aime comme Marie
La fente de la manche ouverte.
poignets chemise moineau aime comme marie
un raccord inexistant au niveau des poignets (mais franchement ça m’est parfaitement égal)

Au niveau du temps de réalisation, sur le patron il est indiqué 5h. Je ne sais pas si ça comprend la découpe des pièces. Personnellement en pure couture j’ai mis plutôt 6 bonnes heures auxquelles il faut ajouter le temps de découpe des pièces. Mais il faut dire que je me suis vraiment appliquée pour faire quelque chose de propre.

Le tissu

Pour le tissu j’ai utilisé un satin de coton bio les Trouvailles d’Amandine qui est une merveille. La qualité est excellente ce qui fait qu’il est très agréable à travailler, il se tient bien et j’espère qu’il va durer dans le temps. Je n’ai pas thermocollé les pièces que le patron suggérait d’entoiler parce que je ne voyais pas l’intérêt. Mon tissu avait suffisamment de tenue pour pouvoir s’en passer et je trouve ça un peu stupide de faire l’effort d’acheter un tissu bio et dont l’origine est tracée pour l’entoiler avec un produit dont on n’a aucune idée de la composition et de la provenance. Je ne regrette pas ce choix, je trouve que la chemise n’en avait vraiment pas besoin et même au niveau des boutonnières il n’y a pas de problème.

chemise moineau aime comme marie terminée
Plus qu’un essayage, la tenue du jour (moins les bottes, hein, je ne vais pas vous mentir. Quand je suis chez moi je suis en chaussons. 😛 )
chemise moineau rentrée dans le pantalon.
Test avec la chemise rentrée dans le pantalon, mais je trouve ça moins seyant sur moi
chemise moineau terminée
J’aime beaucoup la découpe de la chemise en bas, ce n’est pas droit, mais un peu arrondi ce que je trouve très joli.

À refaire ?

Incontestablement je vais refaire cette chemise dans un tissu plus léger et plus clair pour les saisons chaudes, mais je pense que j’élargirai légèrement les manches pour pouvoir les relever plus confortablement. J’aime beaucoup la délicatesse de la coupe, du col et du boutonnage dos. Ça me correspond bien et je pense que cette chemise-ci est déjà promise à un bel avenir dans ma garde-robe. D’ailleurs, sitôt finie je l’ai déjà portée. 😉

Ce projet couture pour moi a été un vrai bonheur et j’ai l’impression que ça faisait longtemps que je n’y avais pas pris autant de plaisir du coup je suis contente. D’ailleurs j’ai envie d’enchaîner directement avec la salopette République du Chiffon pour laquelle j’ai déjà tout le matériel. Il est donc probable que je commence doucement dimanche prochain. Mais avant cela, je vais me lancer pour la première fois dans un vêtement de bébé. 😯 

Et vous connaissiez-vous ce patron ? Avez-vous participé au challenge de la garde-robe capsule 2017 ?

Enregistrer

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Jeudi à l’atelier : chemisier Moineau en cours

Jeudi à l'atelier chemise moineau en cours - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour tout le monde ! Je reviens avec un petit « jeudi à l’atelier », pour vous montrer un peu les choses en cours en ce moment.  L’atelier est sérieusement en bordel parce que j’ai sorti des dentelles et galons pour faire des essais de déco pour mon tablier 1880, mais rien ne me convainc vraiment. Je n’ai rien dans mon stock qui me permette de faire une ornementation histo-compatible de ce tablier. 🙁

La semaine dernière j’ai terminé la robe d’Elsa, et je lui ai envoyé. Elle lui va et elle en est très contente donc je suis soulagée. En ce qui me concerne je ne suis pas très satisfaite de cette robe parce que j’ai galéré sur le patronage et l’ajustement n’est vraiment pas très réussi. Je n’ai pas encore de photos de la robe portée par Elsa, du coup il faudra pour le moment se contenter de cette photo très moche posée sur mon mannequin pas du tout à la bonne taille.

Robe d'Elsa terminée
Vue de la robe sur mannequin trop petit.
Col robe d'Elsa
Appliques de guipure sur le col.
Poignet robe d'Elsa
Poignets de manche fermés avec trois boutons et trois brides élastiques.

Sinon j’ai coupé les pièces de ma chemise Moineau et je compte bien la coudre ce weekend. Au lieu de découper directement le patron en taille M je l’ai recopié pour pouvoir la refaire dans d’autres tailles au cas où.

Patron chemise moineau Aime comme Marie
Les pièces de moineau découpées

Pour finir la petite nouvelle c’est que je pars deux semaines à New York en mai pour mes recherches de doctorat. Je vais avoir du travail à faire là-bas (c’est la raison principale de ce voyage), mais je vais évidemment en profiter pour visiter pleiiiins de musées. Si vous pensez  à des endroits à me conseiller impliquant du costume historique, je prends. 🙂

Bonne fin de semaine et à bientôt j’espère pour les photos de la chemise Moineau terminée !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Une garde-robe capsule en 2017

Je couds ma garde robe capsule Clo Piano

Bonjour tout le monde ! Vous me voyez venir avec ce titre, l’envie de coudre me titille…  J’ai, en effet, bien envie de participer au défi de Clotilde dont je vous parlais il y a quelques semaines : celui de se coudre une garde robe capsule à raison d’un vêtement par mois pendant l’année 2017. Un vêtement par mois, c’est clairement beaucoup trop ambitieux pour moi, mais il existe une version mini du défi que je vais peut-être être capable de réaliser : coudre non pas 12 mais 6 vêtements dans l’année. Vu que je me suis remise à la couture depuis les Fêtes, je me dis qu’il n’est pas impossible que j’arrive à caler 6 petits vêtements contemporains dans l’année.

Je suis en train de terminer la robe d’Elsa sur laquelle il me reste peu de travail (l’objectif est de terminer ça aujourd’hui), ensuite j’attaque le petit gilet en fourrure de mon filleul, qui devrait aller assez vite, mais après ça j’ai envie de reprendre la couture pour moi. J’ai des projets sur le feu, qui pourraient assez bien s’inscrire dans un projet de garde-robe capsule. De plus, n’achetant quasi plus de vêtements, il y a des choses dont je commence à avoir vraiment besoin…

Du coup voici un petit plan de ce que j’aimerais me coudre sur l’année en termes de vêtements contemporains. Et puis si jamais j’abandonne au milieu, et bien tant pis, c’est la vie, on s’en remettra. 😉

Le programme 2017

Fin février // catégorie chemise : la chemise Moineau (patron Aime comme Marie) en satin de coton bio (Les Trouvailles d’Amandine). J’ai déjà le patron et le tissu et j’avais de toute façon prévu de me la coudre juste après la robe d’Elsa.

Tissu Les Trouvailles d'Amandine - Patron Aime comme Marie
Tissu Les Trouvailles d’Amandine – Patron Aime comme Marie

Fin avril // catégorie combinaison ou pantalon : la salopette Danielle (patron République du Chiffon) en denim de coton bio (Les Trouvailles d’Amandine). Idem j’ai tout le matériel pour coudre cette salopette puisque je me suis offert la Boîte à Couture du projet. C’était sur ma liste couture de toute façon et il y a moyen que ça puisse être cousu d’ici fin avril.

Boîte à couture Les Trouvailles d'Amandine X République du Chiffon
Boîte à couture Les Trouvailles d’Amandine X République du Chiffon

Fin juin // catégorie robe : la robe chemise Lena (Wear Lemonade) en chambray de coton bio (Les Trouvailles d’Amandine). Pour ce projet là j’ai juste le patron que j’ai vraiment envie de refaire parce que j’aime beaucoup cette forme. J’ai vraiment envie de la recoudre dans un tissu couleur denim très clair façon vieilles chemises en jean des années 1990 avec des boutons pressions. Je pense qu’il y a moyen que ça devienne un vêtement que je porte tout le temps.

patron de couture robe Léna Wear LemonadeFin août // catégorie maillot de bain ou lingerie : une (ou plusieurs) culotte(s) dans une chute de jersey marinière. Parce que oui, j’ai besoin de culottes. Je vais voir si je prends juste le patron d’une culotte à moi où si je me sers du patron de bas de maillot de bain de Wear Lemonade.

Fin octobre // catégorie veste : une veste en gabardine noire pour les entretiens d’embauche. Je n’ai pas encore jeté mon dévolu sur un patron, mais j’ai vraiment besoin d’une veste. Comme je travaille dans le web où globalement les gens s’en foutent de comment vous êtes habillée, j’ai une garde robe composée à 80 % de jeans et de sweats, mais je suis souvent en recherche d’emploi (précarité tout ça…) et il me manque quand même une veste pour les moments où j’ai besoin d’être habillée de façon plus formelle. Ce serait donc bien que je profite de ce projet pour m’en coudre une.

Fin décembre // catégorie vêtement de nuit : un pyjama Julio (Wear Lemonade) parce que comme les culottes, on a toujours besoin de pyjamas. Pour ce dernier vêtement on verra si j’ai besoin de faire autre chose d’un peu plus urgent (ou envie de faire autre chose, qui sait), mais ça ne me ferait pas de mal d’avoir un joli pyjama pour quand je pars en vacances avec du monde et que j’ai honte d’emmener mon pyjama en pilou avec des pingouins dessus (pyjama le plus adorable de la Terre, soit dit en passant).

Donc voilà pour le projet de garde-robe capsule. Il est très possible que j’abandonne en cours de route parce qu’en général les mois d’été marquent très nettement pour moi un coup d’arrêt dans la couture, mais bon on ne sait jamais. D’autant que j’espère habiter dans un nouveau chez moi à Toulouse où j’aurai (croisons les doigts) de la place pour coudre. Je pense que le fait que je sois retournée chez mes parents depuis la fin de l’année, où j’ai une pièce entière dédiée à la couture, n’est vraiment pas étranger au fait que je m’y suis remise. Il n’y a pas de secret, avoir de la place, c’est toujours mieux…

Bref, je vous laisse là-dessus et je reviens prochainement avec des photos de la robe d’Elsa terminée (en croisant les doigts pour qu’elle aille à sa propriétaire).

Bon dimanche.

Enregistrer

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Balade au musée du costume et de la dentelle de Bruxelles

Musée du costume et de la dentelle de Bruxelles - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour à toutes et tous ! Je reviens aujourd’hui pour vous partager les photos prises au musée du costume et de la dentelle lors de ma visite à Bruxelles le week-end dernier. Le musée est tout petit donc je n’ai pas grand chose à en dire d’un point de vue muséologique. Du point de vue de ce qui est exposé, il y avait de très belles choses et en ce qui me concerne je suis toujours contente de voir de la dentelle et des costumes, même si le dispositif muséal autour n’a pas grand intérêt.

dentelle de bruxelles 1860
Volant en dentelle de Bruxelles, 1860-1870.
musée du costume et de la dentelle Bruxelles
Mini expo « À fleur de » par Louise Limontas

En ce moment se tient l’exposition temporaire « Just Married », qui n’a rien d’exceptionnel, mais dont la visite était agréable. J’ai trouvé que le mannequinage laissait à désirer par moments (certains vêtements auraient notamment dû être présentés sur des mannequins un peu plus grands) et j’ai regretté que le discours diffusé soit un discours très grand public qui continue à répandre certaines idées fausses (la robe « sac » des années 1920 sans structure dessous par exemple > et je vous jure que dans le livret il est écrit « sac »), mais il y a de la belle robe de mariée et ça vaut quand même le coup d’œil.

robe de mariée 1830 à Bruxelles
Robe de mariée, circa 1830
Taffetas de soie champagne brodé
Robe 1910 inspiration Paul Poiret à Bruxelles
Robe de mariée, circa 1910
Damas de soie ivoire à motifs floraux, mousseline de soie aux manches et sous corsage, perles brodées. Chaussures pointues en chevreau blanc garnies d’un nœud de satin et de soie et d’une boucle de strass. Voile rectangulaire en tulle de soie brodé au fil de soie. Couronne de fleurs d’oranger en cire, modèle inspiré par Paul Poiret.
robe de mariée 1890 musée du costume Bruxelles
Robe de mariée, 1890.
Griffe Anna Stang / Damen confection / Freibourg J.B.
Lainage côtelé ivoire, macramé de franges en soie, fleurs d’oranger en cire cousues sur l’épaule.
costume marié 2015 à Bruxelles
Costume deux pièces, 2015
Griffe : Café costume, tailoring à la carte
Fin drap de laine bleu nattier, chemise en coton, baskets Nike en cuir blanc.
mouchoir en dentelle XIXe siècle Bruxelles
Mouchoir, deuxième moitié du XIXe siècle.
fine batiste ajourée et dentelle de Bruxelles – point d’Angleterre (dentelle aux fuseaux et à l’aiguille et fond de maille à l’aiguille), chiffres E et M surmontés d’une couronne comtale.
chaussures de mariée Bruxelles
À gauche bottines, 1895.
Faille de soie ivoire recouverte de dentelle de Valenciennes, garnies de perles et d’un volant assorti. Semelle en cuir.
À droite, escarpins 1919.
Satin de soie brodé de perles, semelles en cuir
robe de mariée 1880 à Bruxelles
Robe de mariée 1875-1880
Satin et tulle de soie ivoire, dentelle mécanique.
Sur la droit, numéro du Journal des Demoiselles d’août 1878.
robe 1880 mariée
Évidemment je ne pouvais pas ne pas photographier cette robe là sous toutes les coutures. 😉
robe 1880 mariée Bruxelles
Encore un peu de détails. Je n’ai pas trouvé cette robe très bien mannequinée malheureusement.
robe de mariée 1895 Bruxelles
Robe de mariée, 1895
Satin et mousseline de soie champagne.
La longue traîne mesure 140 cm de long et 240 cm depuis la taille.
robe 1895 détails
Détails du corsage.
robe de mariée 1910
Robe de mariée, 1910.
Lainage ivoire, dentelle d’Irlande et passementerie
robe de mariée 1910 Bruxelles
Le mannequinage de cette robe là m’a aussi laissée un peu dubitative. Le livret annonce que la robe a une ligne droite qui coexiste avec la silhouette en S et la silhouette néo-empire à la même époque, mais je trouve ça un peu curieux…

traine robe 1910

robe de mariée noire 1850 Bruxelles
Robe de mariée, 1858
Taffetas de soie noire.
Cette robe est mannequinée avec un tablier brun et elle souffre malheureusement de sa couleur parce qu’elle est placée loin au fond dans la vitrine et on ne la voit pas beaucoup. Pourtant il y a des fronces très jolies aux épaules.
robe à la française expo Bruxelles
Robe à la française, 1755-1760.
Lampas de soie à fond vert et décor blanc à effet argent.
Portée avec une barbe de coiffure en dentelle de Bruxelles
robe à la française Bruxelles
Détails de la robe à la française
plis robe à la française.
Je ne pouvais pas ne pas prendre une photo des plis, évidemment.
robe de gala 1907 Bruxelles
Robe gala, 1907.
Griffe : Ch. Drecoll ltd / modèle déposé / Paris
Crêpe de chine blanc perle, tulle et satin de soie drapé, applications de broderies au fil de soie, perles, perles de verre et fil d’argent.
détails robe de gala 1907
Toujours la même…

Voilà pour cette petite visite inopinée à Bruxelles. J’espère que ces photos vous inspireront et je reviens bientôt avec un peu de blabla.

Bon dimanche !

Enregistrer

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Robe chemise Lena enfin terminée

Robe chemise Lena de Wear Lemonade terminée ! - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour à toutes et tous ! J’ai pu m’offrir un gros weekend détente le weekend dernier et glisser un peu de couture dedans, ce qui m’a fait beaucoup de bien. En ce moment j’ai un surcroît de motivation pour la couture, même si j’ai peu de temps à lui consacrer. Mais c’est comme pour la lecture, 10 min par ci et 20 min par là permettent aux projets d’avancer plus vite qu’on ne le croit.

Du coup le weekend dernier j’ai : 1/ enfin posé les boutons de ma robe chemise qui attendait depuis le mois de mai dernier (ahem…) 2/ enfin remplacé l’ampoule de ma machine qui était pétée depuis peut-être autant de temps (double ahem…) 3/ enfin avancé sur la robe d’Elsa en attente depuis 2 ans (c’est officiellement la honte).

Aujourd’hui je vous montre donc des photos de ma robe chemise terminée. Le patron est un patron Wear Lemonade (robe chemise Lena) que je trouve vraiment très bien. À l’exception peut-être des manches qui tournent (mais c’est peut-être aussi moi qui ai merdé). C’est une coupe qui correspond à ma morphologie, qui ne me serre pas la taille (Alleluia !), mignonne et classique ce qui veut dire que je vais pouvoir la porter.

robe chemise Lena Wear Lemonade
Vous aurez noté que les raccords de motifs ne sont pas dans le bon sens des flèches, pour ma défense c’était très difficile ! 😛

robe chemise Lena Wear Lemonade terminéerobe chemise Lena Wear Lemonade Concernant le tissu je ne sais plus si c’est de la viscose ou du polyester, en tout cas c’est caca : le tissu est beaucoup trop électrique et importable en ce moment, je ne sais pas si ça s’atténuera quand il fera moins froid… Une chose est sûre c’est que je vais refaire cette robe dans un chambray de coton bio style denim (j’attends le réassort chez Les Trouvailles d’Amandine) et je mettrai à nouveau des boutons pressions parce que bon sang, mais ce que c’est rapide à poser ! Du reste ça collera parfaitement avec le style « jean ».

robe chemise finie boutons de la robe chemise étiquette Wear Lemonade robe chemise LenaJe trouve qu’en ce moment la mode des robes est beaucoup aux coutures à la taille, ce qui ne me va pas, du coup le patron de Lena est hyper précieux pour moi.

Je reviens dès que possible avec du nouveau concernant la robe d’Elsa.

À bientôt et bonne semaine !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

[TUTO] Coiffe de femme de chambre Regency

Tutoriel coiffe Regency (femme de chambre) - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour tout le monde ! Me revoilà pour le petit tuto promis. Suite à mon article sur ma tenue de femme de chambre, j’ai eu beaucoup de retours positifs sur ma coiffe (merci !) et j’ai cru comprendre que le patron en intéressait certain(e)s. Je vous propose donc un petit tuto pour vous expliquer comment j’ai fait. Vous allez voir, c’est simplissime.

Comme je n’avais pas prévu de le faire au moment où j’ai cousu la coiffe, je n’ai malheureusement pas de photos de toutes les étapes, mais j’espère que ça pourra quand même vous être utile.

Tuto coiffe regency pour femme de chambre
La coiffe en question

Le patron

Dans ce patron il y a 4 pièces (pardon je manque de vocabulaire technique) : le bandeau qui fait le tour de la tête, le bouffant qui recouvrira le chignon, le volant de devant et le volant de derrière.

tuto coiffe regency schéma
Le schéma le plus beau du monde

Pour les volants c’est assez simple, ce ne sont que deux bandes de tissus froncées d’une largeur de 10 cm (à vous de décider si c’est trop, personnellement si c’était à refaire je ferais peut-être 2 ou 3 cm de moins). Pour la longueur et histoire d’avoir de beaux froufrous, je vous conseille de multiplier par deux la longueur du bord sur lequel vous allez coudre le volant.

Pour les autres pièces rien de follement compliqué : un bandeau avec une forme un peu particulière et un grand cercle dont le périmètre est suffisamment important pour bien froufrouter. Là encore, je vous conseille de multiplier par deux la longueur du bandeau sur lequel vous allez coudre le cercle.

patron coiffe regency tutoriel
Bon ok j’aurais pu penser à faire coïncider les couleurs avec le schéma au-dessus, mais j’ai oublié…

Pour les mesures il faut que vous les preniez directement sur votre tête histoire que ce ne soit pas trop petit ou trop grand. Il y a deux mesures à prendre (la longueur bleue et la longueur rouge). Pour la longueur bleue, posez votre mètre ruban sur votre tête, vraiment devant comme si vous alliez le nouer sous votre menton. Pour la longueur rouge il faut procéder de la même manière sauf que vous voulez nouer le mètre à l’arrière de votre tête en prenant en compte la largeur du bandeau. Je ne suis pas sûre que ce soit très clair, mais je vous recommande vivement de tester votre patron papier sur votre tête pour voir si ça s’enfile correctement.

Patron en cours bonnet Regency
Test du patron papier

À titre d’indication, ma longueur bleue fait 25 cm X 2 (puisque la forme est coupée dans la pliure du tissu) et ma longueur rouge 26,5 cm (toujours fois deux). Pour la largeur du bandeau c’est à vous de voir, mais en ce qui me concerne, sur le dessus ça fait 6,5 cm et 12 cm tout en bas.

Le pas à pas

Une fois que vous avez testé le patron de votre bandeau, ma foi, rien d’extraordinaire. Commencez par coudre ensemble (endroit contre endroit) l’arrière du bandeau (la partie en mauve sur la photo du patron).

Piquez ensuite vos fils de fronce sur le pourtour du grand cercle et froncez-le pour faire coïncider la longueur avec la partie intérieure de votre bandeau (en rouge sur la photo du patron).

Ourlez ensuite un côté de chacun des volants, ce sera le côté visible près de votre visage. Puis froncez les volants de devant et de derrière pour faire coïncider les longueurs avec les parties respectivement en bleu et en vert sur la photo.

Une fois que tout est cousu et repassé, vous pouvez surfiler les coutures à l’intérieur du bonnet pour éviter que ça ne s’effiloche dans vos cheveux ou même carrément habiller toutes les coutures intérieures d’un biais pour que ce soit plus propre.

Enfin il ne reste plus qu’à coudre deux rubans de chaque côté pour tenir fermé votre bonnet. Je vous conseille de choisir des rubans tout doux pour éviter que ça ne vous gratte sous le menton toute la journée, ce qui était mon cas. 😉

Voilà pour ce tuto ! J’espère qu’il est suffisamment clair. Je vous assure que cette coiffe est très très simple à réaliser en tout cas. N’hésitez pas à m’envoyer des photos si vous la reproduisez.

Bonne semaine et à bientôt !

Enregistrer

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Bonne année 2017 !

Bonne année 2017 et projets couture - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour tout le monde ! J’ai un peu tardé, mais je vous présente mes meilleurs vœux pour l’année 2017 qui commence, en espérant que vous puissiez concrétiser tous vos projets.

En ce qui me concerne, l’année commence avec beaucoup de travail, je n’ai donc pas beaucoup de temps pour publier des articles par ici. Il y a dans les tuyaux un petit tuto de la coiffe Regency que j’ai faite en décembre dernier, mais il faut que je prenne le temps de le rédiger… Sinon j’ai un peu de couture prévue ce mois-ci : la robe d’Elsa, les boutons pressions de ma robe chemise en viscose et un petit gilet en fausse fourrure pour mon filleul de 10 mois. Je vous montrerai tout ça quand il y aura quelque chose à montrer.

J’ai fait un peu de couture ce weekend, ainsi qu’une commande de mercerie pour m’équiper en boutons pressions pour la robe chemise, en fermeture éclair invisible pour la robe d’Elsa et en une lampe de machine à coudre puisque la mienne a grillé il y a bien 6 mois et que je n’ai pas encore pris le temps de la remplacer… -_-

J’ai aussi fait une commande de patrons et de tissus bio pour des projets contemporains qui se sont ajoutés sur un coup de tête. On va dire que c’est un de mes cadeaux de Noël à moi-même. Pour ma défense, c’est parce que j’ai découvert le projet lancé par Clo Piano sur son blog : « Je couds ma garde-robe capsule 2017« . J’aime vraiment beaucoup l’idée de se coudre 12 pièces dans l’année avec 12 catégories de vêtements différentes pour avoir à la fin une garde-robe complète. Il est clairement impossible pour moi de m’engager sur une réalisation d’un vêtement par mois et je n’ai pas spécialement envie de coudre des trucs que je ne porterai pas (genre la catégorie maillot de bain), mais ça m’a motivée à prévoir quelques projets de vêtements.

Je couds ma garde robe capsule Clo PianoDu coup j’ai commandé la boîte à couture Les Trouvailles d’Amandine X République du Chiffon de la salopette en jean, qui me fait grave de l’œil depuis longtemps. Je ne l’ai pas achetée quand elle est sortie en fin d’année dernière parce que ça a quand même un coût, mais j’ai vu qu’il en restait encore et j’aime bien les salopettes. J’ai pris une « résolution » qui consiste à arrêter de porter des trucs qui me serrent la taille parce que 1/ physiquement je ne le supporte pas, je ne tiens pas une journée entière avec la taille serrée et 2/ ça ne convient pas à ma morphologie (j’ai un petit buste et la taille pas marquée). Du coup une salopette laissera mon bidon en paix et je l’en remercierai.

Boîte à couture Les Trouvailles d'Amandine X République du Chiffon
Boîte à couture Les Trouvailles d’Amandine X République du Chiffon

J’ai aussi commandé le patron d’une chemise Aime comme Marie avec un boutonnage dos, que je trouve charmante. Je vais la faire dans un satin de coton des Trouvailles d’Amandine.

Tissu Les Trouvailles d'Amandine - Patron Aime comme Marie
Satin de coton bio Les Trouvailles d’Amandine – Patron Aime comme Marie

Ces deux patrons vont être une grande première pour moi donc j’espère qu’ils seront bien taillés. Je vous dirai ça.

J’avoue que j’ai un peu besoin de projets couture enthousiasmants en ce moment parce que les deux projets à venir (la robe d’Elsa et le gilet en fourrure de bébé) ne m’envoient pas du rêve. Je ne suis pas très contente du patron que j’ai faite pour la robe d’Elsa et j’ai peur que ce soit un ratage complet à la fin. Quant au gilet en fourrure, ce sera mignon sur mon filleul, mais à coudre on a connu plus rigolo. Du coup pour me récompenser de ces deux projets, je pourrai me faire une jolie salopette et une jolie chemise. Je pense que ça va être un peu technique et un vrai challenge, mais ça me fera du bien. 🙂

Sinon j’espère que cette année 2017 commence bien pour vous avec plein de nouveaux projets couture et autres. À bientôt !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Bilan 2016, place à 2017 !

Bilan 2016 sur Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour à toutes et tous ! J’espère que vous avez passé un bon Noël. 🙂

Même si j’ai été peu présente sur le blog cette année, on ne va pas déroger à la tradition du bilan, qui me permet de faire un petit tour sur ce que j’ai cousu tout au long de l’année et de m’en rappeler (parce que c’est loin janvier !). Force est de constater que je n’ai vraiment pas cousu grand chose. Je n’avais pas le temps, c’est vrai, mais ça m’attriste quand même un peu.

Bilan 2016

La première réalisation terminée de l’année ça a été le fichu brodé envoyé à Perrine.

fichu brodé 18e siècle

Ensuite j’ai fait une première robe chemise en viscose d’après le patron Lena de Wear Lemonade, mais je n’ai toujours pas fait les boutonnières (#procrastination). Par contre en faisant les boutonnières de mon étui pour ordi j’ai enfin compris (après 4 ans ?) comment régler le point de boutonnière de ma machine donc ça va peut-être aller un peu mieux maintenant. Ou alors je mets des pressions. À voir…

robe chemise Lena en coursEnsuite j’ai réutilisé ce même patron pour en faire une déclinaison d’été dans un joli petit chambray bio à pois acheté sur la boutique en ligne des Trouvailles d’Amandine. Cette fois j’ai fait les boutonnières et je l’ai même portée cet été.

robe Lena sans manches pour l'été Mode d'Hier et d'Aujourd'hui et Wear LemonadeEnsuite j’ai fait de la couture utile : un étui pour ordi, un coussin pour mon filleul et un tablier de cuisine (coton bio sur l’eshop des Trouvailles d’Amandine également).

Couture maison tablier de cuisine - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui
(Une photo magnifique…)

Et enfin comme dernière réalisation de l’année j’ai finalisé mon costume de femme de chambre Regency avec un tablier (coton gentiment donné par Mapie – encore merci !), une nouvelle chemisette et une coiffe en mousseline de coton bio (Trouvailles d’Amandine il me semble encore). Les dernières réalisations ont tenu le choc pendant le jeu, en revanche la robe a pas mal souffert (le dos a craqué) et comme elle est de toute façon mal coupée et beaucoup trop serrée, c’était sa dernière sortie. Il est possible que je démonte la jupe pour récupérer le tissu puisque ça fait quand même un grand rectangle. Je ne sais pas quoi en faire pour le moment, mais je me dis que ça pourrait éventuellement servir à finaliser ma tenue d’après-midi 1880 avec un chapeau ou un paletot peut-être ? À voir…

femme de chambre RegencyEn plus de cette maigre couture, il y a eu pas mal de portraits de couturiers/costumiers sur le blog en 2016 (je vais essayer de continuer ça en 2017) et une seule critique d’expo. Je n’ai malheureusement pas eu le temps d’en voir beaucoup et j’ai loupé plein de trucs. :'(

Voilà pour ce petit bilan. Ça ne fait pas lourd question couture et je le regrette un peu. L’envie de m’y remettre me titille en ce moment, mais je ne sais pas si je vais pouvoir m’organiser pour le faire, d’autant que je vais devoir préparer un nouveau déménagement en début d’année puisque je suis pour le moment en transit chez mes parents, mais je ne tiens pas à ce que ça dure éternellement.

Les projets 2017

Quand je vois le programme du Historical Sew Monthly 2017, ça me donne plein d’envies, mais je sais que c’est complètement impossible pour moi de coudre un truc par mois. C’était déjà très difficile avant de commencer un doctorat, alors maintenant, il faut être réaliste ! Mais comme j’aime bien les challenges j’ai quand même envie de me donner quelques objectifs. Mais quelque chose de plus raisonnable, comme par exemple un truc par trimestre. Ce qui serait déjà bien, non ? Et puis un challenge qui mêle vêtements de tous les jours et costumes historiques parce que j’aime bien varier les plaisirs. 😉

Du coup voici mon petit challenge perso :

UFO (unfinished objects) = finir ce qui est commencé

Premier trimestre 2017 (avril) :

  • la robe d’Elsa (que j’ai commencé à reprendre en décembre)
  • les boutonnières et boutons de la robe chemise en viscose (ou les pressions !)

Deuxième trimestre 2017 (août) :

  • l’ornementation du tablier d’ouvrage 1880
  • le patron du corsage de la robe populaire 1850

Troisième trimestre 2017 (décembre) :

  • l’ajustement de la ceinture de la sous-jupe verte 1880
  • la couture/finitions de la robe populaire 1850

J’avoue que je ne suis pas très confiante, mais je vais le noter dans mon bullet journal pour essayer de m’en donner les moyens. ^^

Par ailleurs, avec mon cambriolage et le vol de mon ordinateur j’ai perdu TOUTES les photos que j’avais prises dans la Mode Illustrée. Il y en avait déjà un petit paquet sur le blog, mais pas tout malheureusement, du coup j’aimerais bien reprendre un travail iconographique en 2017 histoire de me relancer doucement dans ce projet 1880 (parce que l’envie n’est pas partie, non non. 😉 )

Voilà pour ce long billet de fin d’année. J’espère que vous êtes plus satisfait de votre bilan couture que moi !

Joyeuses Fêtes et à l’année prochaine. 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

[HS] Mes bouquinades #2 : Une saison à Longbourn

Conseil roman Une saison à Longbourn de Jo Baker - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour à toutes et tous ! Deuxième édition des bouquinades car je viens de terminer un roman très sympa qui prend place dans l’univers de Jane Austen. Une saison à Longbourn est un roman de Jo Baker, qui raconte la vie des domestiques de Longbourn pendant l’intrigue d’Orgueil et Préjugés. Ce n’est pas de la grande littérature, mais c’est très plaisant à lire avec tout ce qu’il faut de romanesque et de recherche historique. Je l’ai lu en quelques jours et je vous le recommande.

Ce sont les autrices du jeu de rôle grandeur nature « Still Water Runs Deep » (auquel j’ai participé samedi dernier en tant que femme de chambre), Marianne et Camille, qui m’en ont conseillé la lecture pour préparer mon rôle et ça a été très enrichissant. Le roman a vraiment l’avantage de s’intéresser à ceux auxquels personne ne s’intéresse jamais et qui sont pourtant aussi humains que les autres. Il donne aussi un éclairage nouveau aux personnages d’Orgueil et Préjugés.

La documentation sur la domesticité à cette époque paraît vraiment fouillée (même si je ne suis pas du tout spécialiste et que cet univers m’était assez inconnu avant cette lecture), ce qui donne vraiment un supplément d’intérêt à la lecture. En somme, une bonne petite lecture de vacances qui est disponible en ebook. 😉

Jo Baker, Une saison à Longbourn, Paris, Stock, 2014
ISBN : 978-2-234-07580-1

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Femme de chambre Regency à peu près finie

Femme de chambre Regency - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Bonjour tout le monde, j’espère que vous allez bien. 🙂

En ce moment pour moi le cœur n’est pas trop aux choses légères, mais je pars en GN le week-end prochain et j’ai quasi terminé mon costume de femme de chambre Regency. J’en profite donc pour vous montrer vite fait ce que ça donne.

Comme j’ai grossi je n’ai pas réussi à fermer le 2e bouton de la robe, j’espère que sans soutien gorge j’y arriverai, ce sera la surprise samedi. Ce qui est nouveau ici c’est la chemisette, le tablier (dont il faut encore que je pique les bretelles) et le bonnet que j’adore littéralement. Je pense qu’il est trop froufroutant pour mon rôle, mais j’avais envie de me faire plaisir.

femme de chambre Regency femme de chambre Regency Femme de chambre RegencyD’un point de vue historicité, honnêtement je n’ai fait aucune recherche par manque de temps et tout a été cousu machine pour la même raison du coup on parlera d’évocation. 😉

À bientôt !

Et vous, vous cousez quoi en ce moment ?

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail